Chronique Céleste du lundi 15 juin 2020
Les colombes messagères du cosmos nous accompagnent pour franchir la Porté des Hommes, nommé Solstice d'été, afin de retrouver le lien avec notre spirale d'origine...Merci à Jeanne Glorian pour cette créativité si représentative de cette réalité

Chronique Céleste du lundi 15 juin 2020

Le passage par la Porte des Hommes, s’organise, notre étoile solaire est à son apogée lorsqu’elle entre de tous ses feux dans la demeure du signe cardinal, que l’on nomme Cancer. Cette année, le Solstice d’été devance de quelques heures la nouvelle étreinte « éclipsée«  du couple soli-lunaire dans les eaux matricielles de ce signe dont la mission est de donner « la forme aux choses ». Surtout que cette année, il y aura deux lunaisons dans le signe du Cancer, comme s’il était impératif de nous rappeler nos matrices originelles, notre appartenance.

Un signe, lié à l’astre de la nuit, à celui des mystères et des rêves.

Ce 4ème signe est le grand dépositaire de l’intuition, celle qui  guide vers notre Destinée, celle qui honore notre âme, non celle qui nous garde prisonnier des méandres de nos attitudes. Le moment est propice pour retrouver le sens de nos origines célestes, comme terrestres.

Quelle est la différence entre la « Porte des Hommes » et la « Porte des dieux » que manifeste l’Axe vertical, appelé l’Arbre du monde, par les Mayas?

La « Porte des hommes«  est la 2ème porte, la première Porte étant celle de « l’Equinoxe du printemps », dont le gardien n’est autre que Mars, celui qui active les énergies de la spirale de Vie.

Au cours des trois mois que composent ce trimestre, nous avons pris acte de notre mission, nous avons découvert nos valeurs et nous avons choisi les voies qui nous semblaient les meilleures.

Arrivée au 0° Cancer, le Soleil va lentement entamer sa descente afin de nous donner les occasions d’affronter les mondes où se tapissent nos ombres.

A partir des feux de la Saint Jean, prenons conscience de notre appartenance terrestre et céleste, confrontons-nous aux subterfuges que nous mettons en place pour satisfaire notre personnalité au détriment de notre âme, soyons conscient de notre équilibre ou déséquilibre de nos énergies yin/yang dans notre vie quotidienne, un travail essentiel avant de franchir la 3ème Porte, celle de l’équinoxe d’automne, dont la gardienne n’est autre que Vénus.

A partir de ce juste milieu, grâce à nos rapports aux autres nous serons confrontés à certaines facettes méconnues de notre personnalité, celles qui nous donnerons la possibilité de transformer ces mémoires inconscientes, toutes ces illusions qui nous entraînent dans des situations douloureuses, récupérées par notre égo négatif.

En poursuivant notre parcours, nous serons confrontés à la parole impeccable, à la notion d’éthique comme aux opportunités spirituelles. C’est dans ce contexte de dépouillement de nos oripeaux que nous traverserons le 4ème Portail, la Porte des dieux, dont le gardien n’est  autre, que le dieu Saturne.

Actuellement, nous vivons des énergies de plus en plus puissantes, qui nous propulsent vers d’autres niveaux de conscience, nous déstabilisant, effets que nous pourrions ressentir non seulement au niveau physique, mais aussi dans notre vie quotidienne qui semble ne plus se dérouler comme avant.

Différents phénomènes sont à l’origine de ces changements vibratoires comme les tempêtes solaires, les énergies émanant de divers endroits de la galaxie, les mouvements de l’intra-terre, nous invitant à nous placer au diapason de ces énergies, qui depuis l’aube de l’humanité, ont guidé les hommes grâce à leurs messages, dans le but de nous guider, de nous éclairer: nous, les semences d’étoiles que nous sommes.

Tout le système solaire est en train de se modifier, collaborant fortement à notre éveil. Nous participons activement à ce grand corps céleste composé de multiples spécificités.

Dans cette facette du temps, nous devrions faire la différence entre le temps « Chronos », ce temps que l’on mesure et le  temps « Kairos » ce bon moment, cet instant roi!

La sagesse, n’est-elle pas justement de vivre ce moment présent…

En ce lundi matin, la lune en Bélier retrouve la déesse Eris au carré de l’amas en Capricorne, un aspect qui fermentera des tensions, des colères, des réactions émotionnelles vives (cet aspect est présent dans la toile de fond de cette année 20).

Soyons conscient que les frustrations ont tendance à se transformer en colères et ce sont ces colères qui donnent naissance aux révoltes…

D’autant plus, que l’aspect Mars/Neptune Poissons est très en lien avec les mémoires collectives. Nous pourrions être déstabilisé par les voiles occultant  nos perceptions, donnant l’impression de naviguer dans le brouillard, à l’instar de « Don Quichotte ».

Ce scénario peut provoquer par voie de conséquence, des remontées de peurs, d’anxiété, de stress, perturber le plexus solaire.

Don Quichotte et combats…credits photos Ian Jan

Un aspect qui peut aussi, sur un autre plan, nous faire découvrir les protocoles adéquats, afin de nous guider dans le développement de caractéristiques plus subtiles, comme d’idéalisme, l’intuition, la méditation, la compassion, l’amour inconditionnel, l’acceptation (Neptune R le 23 juin).

Cessons de reculer, cessons de rester esclave de nos manques et de nos doutes.

Avec la lune transitant le 2ème et 3ème décan du Bélier, soyez attentifs à vos réactions émotionnelles, pensez à mettre en place une stratégie pour les canaliser, surtout si elles sous-tendent des colères, des tenions ou des injustices.

Des raz-le-bol populaires émergent partout dans le monde, des revendications s’opposant fortement aux puissances dominatrices, qui ont oublié depuis bien longtemps de tenir compte de l’âme qui se cache derrière tous ces milliards d’humains qui peuplent aujourd’hui la planète.

Nous serons amenés au cours de cet été « chaud » à réorienter nos choix, notre système relationnel, nos liens célestes.

Mercure, ce petit fils d’Atlas, celui qui offrit la lyre à Apollon quitte progressivement la scène en cherchant à se placer dans les coulisses afin de mieux observer ce qui se trame réellement sur la scène de notre monde.

En début de semaine, Mercure, ce dieu du langage ralentit sa course, il deviendra stationnaire mercredi, c’est jeudi à l’aube, que Mercure enclenchera sa rétrogradation.

Cette mise sur « pause » pendant 23 jours, va donner l’impression de marcher sur des sables mouvants. Redoublons donc prudence et de vigilance.

La perfection humaine ne se conquiert pas à coup d’épée, ou par l’acquisition de plus de matière, mais grâce à une transformation radicale du coeur et de l’Esprit ..

Ces moments de changements provoqueront au cours de ces semaines des turbulences vibratoires, qui seront perçus différemment, en fonction de nos propres mémoires.

Mardi 16 juin, la lune rentre dans son signe d’exaltation où elle sera d’emblée au carré de Saturne R ( inhibition, frein, rétraction) ce qui provoquera chez un grand nombre d’entre nous des réactivités émotionnelles, du stress et de la nervosité (Uranus) .

Dans la journée du mercredi 17 juin, Mercure devient stationnaire et la lune se posera au trigone de l’amas en Capricorne, le raisonnable prend le dessus.
Jeudi 18 juin, Mercure devient rétrograde à 14°45 Cancer, une révision s’impose.

Qu’avez-vous vécu le 8 juin 2014?

Et le 16 juin 2007????

En début de semaine prochaine, nous aurons 6 planètes rétrogrades.

Préparons-nous psychiquement à revisiter, à redéfinir, à ressentir, à réactualiser, des parties obscures de notre psyché, toutes ces extensions qui ne demandent qu’à être solarisées…

Vendredi 19 juin, la Lune rentre en Gémeaux et le Soleil transite le Noeud Gémeaux, une journée où il serait bon de noter ce qui se passe en vous.

La lune en phase balsamique doit se défaire des conditionnements anciens, là où notre égo négatif a pris le dessus et dirige notre personnalité comme une marionnette. Au même moment notre étoile mélange ses rayons avec l’indicateur de notre Destinée, dans ce même signe des Gémeaux, le domicile du  dieu Mercure, celui qui manipule si bien le Caducée, ce bâton autour duquel s’enroule les énergies Yin et Yang pour se retrouver unies au sommet.

Le samedi 20 juin, nous pourrons honorer le Solstice d’été, un portail de la plus haute importance, car le soleil retrouve le 4ème signe, celui de la matrice Cancer.

Comme chaque année,  je ne puis m’empêcher de rappeler que nous sommes tous issus du même liquide amniotique cosmique, de la même matrice, avec des possibilités différentes.

Le fait que l’axe nodal soit dans les signes des Gémeaux/Sagittaire, augmente les divergences, les jalousies, les haines fraternelles (Caïen/Abel)!

Le  20 juin 2020 à 23h43 a lieu le passage du vortex de la « Porte des Hommes, » quelques heures avant la Nouvelle lune du 21 juin 2020 à 8h43 avec éclipse annulaire (car la lune est très loin) au quinconce de Saturne R Verseau et au sextile de Vénus R Gémeaux.

Un ciel d’éclipse manifeste un mélange d’énergies d’ombres et de lumières, que nous devons décoder..

Les Portails en lien avec les 4 points cardinaux offrent des changements d’énergies qu’il ne faut pas minimiser.

Franchir ce puissant vortex est de la plus haute importance, pour différentes raisons:

  • tout d’abord parce que le couple soli-lunaire termine sa phase balsamique « de nettoyage des dualités des Gémeaux« ,
  • les Gémeaux, dans lequel Vénus rétrograde, comme tous les 8 ans, nous invitant à nous débarrasser de toutes les vieilles disquettes, avant d’entamer une nouvelle mission, dans le signe du Cancer.
  • que cette nouvelle lune se fait au moment d’une éclipse solaire annulaire, c’est-à-dire, lorsque les rayons du soleil sont momentanément occultés, laissant le plein pouvoir à l’astre lunaire, qui lorsqu’elle transite son domicile, est dans sa toute puissance.
  • le phénomène d’éclipse est indissociable du cycle des noeuds lunaires, faisant remonter d’anciennes mémoires cristallisées en lien avec les signes Gémeaux/Sagittaire.

Je rappelle que les conjonctions planétaires de cette année Pluton/Saturne, Pluton/Jupiter dans le signe du Capricorne et Jupiter/Saturne dans le signe du Verseau, à la fin de l’année, participent magistralement, aux grandes modifications actuelles, aux changements du référentiel planétaire.

Dès ce lundi, Saturne, le maître du temps, rappelle sa loi, ses structures, ses règles. Nous ne pourrons l’ignorer.

Les énergies lunaires sont imprévisibles, fluctuantes, sous l’emprise des ses eaux matricielles.

Les phénomènes d’éclipses sont liés au cycle de Saros de 18 ans et 11 jours qui mettent en relief des périodes de balayages, de renoncement qui s’étendent sur plusieurs mois (5 à 6 mois).

A quoi ou à qui, allons-nous devoir « personnellement » renoncer avec cette éclipse qui se pose sur « l’axe du monde » au carré du Super Centre Galactique.

Alors que la lune éclipsée du 5 juin se posait sur le vortex du Grand attracteur galactique!

Ces deux points galactiques sont des vortex très puissants, et le fait d’être conscient des enjeux actuels, offrent un éventail de plus amples perspectives et possibilités.

Il faut du courage pour renoncer à ce qui a été et qui n’est plus,  pour croire au-delà de ce qui est en train de disparaître.

Arbre du monde des Mayas

Le nombre qui se manifeste avec cette nouvelle lune est le nombre 13, que symbolise la lame alchimique que l’on nomme  « Arcane sans Nom » en tarologie.

Un travail d’élagage et de transformation qui accompagnent cette nouvelle lune.

Le nombre « 13″ était essentiel dans la civilisation Mayas qui ne séparait jamais, l‘aspect scientifique du spirituel dans leur vie quotidienne, il se servait de leur sciences pour appréhender et comprendre leurs origines Cosmiques.

L‘Arbre du monde, ce principe créateur central de l’Univers, est composé de 4 directions , de l’espace et du temps, que la Mayas nommaient la source des directions sacrées, qui servaient de fil conducteur sur terre, dans l’univers, comme de support à leurs prophéties.

« Mayas » signifie « Peuple des 4 directions »

Les  » 13 ciels«  étaient perçus comme un ordre particulier de qualités spirituelles ou archétypes célestes.

  • C’est la raison pour laquelle, les deux Solstices sont d’une importance capitale, car ces célébrations relient les moments où le Soleil transite le zénith à 0° Cancer (nos racines) et où le soleil transit le Nadir  à 0° Capricorne (réalisation de notre destinée), des degrés qui témoignent des écarts plus prononcés entre la lumière et la nuit, qu’il nous faudra unifier pour incarner notre verticalité.

Ces ciels étaient associés à 13 divinités transmettant chacune leurs qualités spirituelles spécifiques.

Cette nouvelle lune avec éclipse annulaire ( c.à.d. que la lune ne couvre pas complètement le disque solaire, laissant apparaître un cercle dorée de la conscience) est encadrée de deux éclipses lunaires, la première dans l’axe Gémeaux/Sagittaire, l’autre dans l’axe Cancer/Capricorne, ce qui présage de fortes turbulences relationnelles.

La Lune orchestre cette nouvelle lune.

Lors des éclipses lunaires, c’est la terre qui s’interpose entre la conscience solaire et les besoins lunaires, une première fois dans l’axe de la communication et des idéaux et une deuxième fois, dans l’axe de la maturité émotionnelle et sociale.

Avec les éclipses, nous sommes à la croisée de chemins, même si les choix de directions s’avèrent complexe, la vie nous force à choisir, pour avancer autrement, différemment.

L’arbre symbole de vie..

Une chose est certaine, plus nous lâcherons notre positionnement d’enfant, de mouton, moins les « bergers » pourront nous limiter, nous diriger.

L’ère finissante des Poissons, fut une ère liée à l’eau, aux découvertes horizontales, aux conquêtes maritimes, l‘arrivée grandissante de l’ère du Verseau, sollicite de notre part, de nous aligner, de nous verticaliser.

L’ère du Verseau est liée à l’air, aux découvertes stellaires, un signe qui nous force à nous positionner, en tant que berger et non comme mouton.

Le défit de cette ère est d’intégrer le rôle de berger.

Notre ADN est en train de se modifier au diapason des vibrations de la terre, vivons ce moment historique, en conscience.

A différentes époques de l’évolution planétaire, nous avons subi des manipulations, qui nous ont poussé dans le camp des dominés.

Nous avons actuellement une chance incroyable, celle de pouvoir nous sortir de ces séquestrations…

Voilà, une semaine bien chargée qui prend place dans un mois truffé de d’évènements imprévisibles.

Focalisons notre attention sur une chose à la fois, vivons le temps « Kairos » à l’instar des Mayas, un temps qui ne peut être mesuré, mais « quantifié » car il est  l’expression « d’un moment précis » des énergies de l’Arbre de Vie avec lequel toute la Galaxie est en résonance ….

Nous venons de terminer dimanche, avec Christine, la dernière journée du périple solaire des 12 travaux d’Hercule. Ce chemin est une magnifique école d’apprentissage.

Plonger dans le récit de ces différents mythes se révèle très bénéfique, car toutes ces histoires nous mettent face à notre réalité.

A l’instar de notre héro solaire Hercule, chaque épreuve résolue nous guide un peu plus en amont dans notre marche vers l’Unité. En nous épurant, nous épurons toute la planète.

Missions accomplies avec ce groupe très soudé, qui s’est mis en place en janvier et qui s’achève très différemment, en ce mois de juin.

Cela fait chaud au coeur, de vivre ces expériences, dans la joie, la bienveillance, la compréhension, la transformation, l’attention et le partage.

Merci, à toi Christine de m’accompagner avec tes dons de sophrologue, de thérapeute, de réelle complicité créatrice.

Un joli tandem…la suite au prochain numéro…

Merci, au groupe qui malgré les turbulences de ces derniers mois, a su s’adapter et recevoir nos enseignements, d’une manière différente, que celle prévue lors du départ.

 

Avec Barbara, nous avons clôturé les inscriptions « Langage Vibratoire et Mercure Rétrograde », prévu pour le 22 juin 2020, juste après le passage du Portail et la nouvelle lune qui se pose sur l’axe du Monde, où notre étoile est momentanément obscurcie par l’astre de la nuit..Nous en parlerons!

 

J’ai la joie de vous retrouver  avec « Mémoires d’âmes » où  je vais vous faire découvrir l’épisode n°12 de la  saga des déesses de la mythologie.

En cette fin juin, nous arrivons au terme du 3ème mois de cette grossesse, l’embryon s’est transformé en foetus.

Au moment du passage par la Porte du Solstice d’été, nous quittons le feu cardinal du printemps pour expérimenter l’élément eau cardinale, de l’été.

Quelles sont les déesses qui pourraient nous faire redécouvrir des parties de notre féminin sacré, au cours de ces prochains trois mois?

Avec la mise en relief des énergies Cancer, mon intuition m’a amenée à vous partager une déesse qui me semble essentielle, car elle représente la sagesse et la ruse archaïque, des connaissances aussi bien pré-humaines, qu’au-dessus des dieux!

Elle s’appelle  Métis,elle est la fille d’Océanos et de Théthys, elle incarne une déesse centrale de la mythologie grecque!

La « Métis », est une forme particulière d’intelligence mêlée de ruse et d’adaptabilité, capable de prévoir, d’être totalement dans le ressenti (opposée à l’intellect).

Métis traduit une intelligence pratique faite de prudence, d’habileté, de stratagème et de dissimulation.

Elle a la possibilité de se présenter sous des aspects très différents, ce qui peut désarçonner ceux qui l’entourent

L’intelligence de cette déesse est de nature polymorphe, mouvante et inquiétante, qui se fond dans l’adversaire afin de pouvoir le battre sur son propre terrain. Ses animaux « totem » sont le renard et le poulpe..

Quelle est le récit mythologique de cette déesse archaïque?

Zeus s’était épris de Métis dont il appréciait les aides et l’intelligence.

C’est grâce à sa capacité de se modifier, qu’elle échappa pendant longtemps aux élans du dieux fougueux.

Elle participe à un tournant majeur de l’évolution de la dynastie des dieux.

Pourquoi?

C’est Métis qui donna à Jupiter le remède qui allait permettre à Saturne/Chronos de vomir tous ses enfants qu’il avait ingurgité de peur de voir sa place prise par un des ses descendants.

Elle est à l’initiative du changement radical de politique, par le transfert du pouvoir de Saturne à celui de Jupiter!

Zeus/Jupiter toujours amoureux de cette déesse un peu sorcière, trouva à la piéger et la mettre enceinte. Métis devient la 1ère épouse de Zeus.

Dans le même temps, le roi de l’Olympe reçut l’information que si Métis donnait naissance à un enfant, ce dernier pourrait le détrôner, comme Jupiter avait détrôné son père, Saturne et que ce dernier avait détrôné son grand père Uranus!!! Le transgénérationnel de la famille Olympienne.

Il trouva un stratagème en demandant à Métis de se transformer en goutte d’eau qu’il s’empressa d’avaler.

Métis continue à vivre à l’intérieur de lui.

Après quelque temps, Zeus/Jupiter fut pris de violents maux de tête, alerté Hermès/Mercure se précipita pour en faire part à  Héphaïstos/Vulcain qui accourut muni de ses outils de forgeron.

Il ouvrit le crâne de Zeus pour le délivrer de sa souffrance.

Quelle ne fut pas la surprise de voir apparaître Athéna (déesse n°7), munie de sa cuirasse, de son épée et de son casque.

Cette déesse née de la tête de son père et non du vagin de sa mère, va incarner une profonde sagesse, une éthique à toutes épreuves, des capacités de stratèges militaires.

Zeus en avalant Métis acquis toutes ses capacités d’intelligence subtile (cette  déesse qui connaissait plus que les dieux et les hommes).

Métis représente la « Chamane archaïque«  celle qui a la connaissance viscérale des choses, non la connaissance mentale.

Par voie de conséquence, « la métis « représente le moyen, pour le faible, de triompher sur le terrain des forts!

Peu connue, Métis est toutefois est d’une importance capitale car c’est elle qui permit à Zeus de prendre le pouvoir et de le maintenir.

Même si, elle paraît une déesse mineure, sans elle, l’histoire des dieux grecs ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui.

Elle est souvent représentée cachée en-dessous du siège de Zeus.

Zeus, comme l’Empereur en Tarologie, s’assoit sur son trône grâce à sa perception très subtile que lui offre la Lune, l’arcane complémentaire.

Métis (la lune) va représenter dans notre vie, le bon génie, l’intuition, notre ange gardien, caractéristiques qui nous permettre d’acquérir notre trône, d’assoir notre pouvoir.

Les caractéristiques de métis, sont surtout de se mettre au diapason de l’autre afin de mieux le comprendre et l’appréhender.

Métis devient un peu comme son double, afin de connaître ses réactions, de pouvoir les dépasser ou les contre-carrer.

C’est un atout « féminin » majeur, que cette capacité de prendre l’aspect de l’autre, mais cela peut aussi être perturbateur, dans la mesure où si nous ne sommes pas structurés et alignés, nous pouvons perdre son identité, à ce petit jeu!

Cet aspect de « Métis » est très bon pour convaincre l’autre ( politique, religieux..)

Cela me fait penser à « l’homme qui parlait à l’oreille des chevaux« ..tout ce côté de sensibilité extrême, en lien avec le côté chamanique, les esprits de la nature..

Métis représente dans le monde animal le rusé renard rusé et le poulpe de part sa souplesse, sa capacité de modifier son aspect tout comme le fait de l’obscurcir l’atmosphère, avec son encore, pour troubler ses adversaires, tout en surgissant à un moment inattendu.

Le savoir faire « Métis » profite du moment présent en s’adaptant à la situation.

On parle ici d’une intelligence dépourvue d’égo négatif , comme si la personne avait cette vigilance continue face à son environnement, sans réactivité émotionnelle.

Une complicité permanente avec la réalité de la vie.

Métis ou l’art des liens.

Métis tisse les fils entre les différents facettes de la situation.

Elle n’affronte pas de face mais par un biais que seule l’intuition lui souffle à l’oreille.

En ce début d’été, où nous commençons à capter les énergies du signe féminin Cancer, partager avec vous, cette déesse archaïque primordiale peut réveiller nos perceptions chamaniques, de ruse et d’adaptabilité.

Qu’évoque cette déesse archaïque, la première épouse de Zeus et mère d’Athéna?

Au moment, où le Soleil rentre dans le signe de la matrice, des origines, la mise en relief de cette déesse me semble d’à propos..

Je vous laisse méditer sur cette 12ème déesse, afin qu’elle puisse vous aider à accoucher de cette intuition viscérale, dont parle aussi Clarissa Pinkola Estésdans  « Femmes qui courent avec les loups » qui relatent merveilleusement bien le mythes de l’archétype de la femme sauvage..

Merci pour votre écoute,

Je vous souhaite une très bonne semaine,

Je vous retrouverai lundi prochain avec le récit de la 13ème déesse de Mémoires d’âmes…

    VOICI LE LIEN POUR ECOUTER LE PODCAST de « MEMOIRES D’AMES » :cliquez sur ce lien ci-dessus

                                                                              Episode 12 : la déesse Métis

 

 

 

Gratitude et affection,

Béatrice

Béatrice Robin Brezina

Depuis plus de 30 ans, imprégnée de la philosophie jungienne, Béatrice a cherché dans les domaines de la psychologie, de l’astrologie, du tarot, de la généalogie… les liens subtils que l’Homme tisse avec l’Univers.

Laisser un commentaire