Chronique Céleste du lundi 22 juin 2020
La Roue médecine - Oglala Lakota Feather Bustle. ca 19000

Chronique Céleste du lundi 22 juin 2020

 

Les évènements planétaires nous offrent des compréhensions aux circonstances que nous rencontrons tout au long du cycle annuel. Au cours de ces derniers jours nous avons été particulièrement gâtés. La saison d’été s’amorce comme chaque année, lors du Solstice d’été, réactivant notre colonne vertébrale en résonance avec l’Arbre du monde des Mayas. Ce portail fut suivi quelques heures plus tard, par une nouvelle lune bien particulière, parce que voilée. Au moment du solstice d’été, la marée des forces en présence se renversent, notre étoile change de déclinaison. En acceptant cette descente intérieure, nous découvrirons les justes réponses aux besoins de notre « futur ». Le 4ème signe représente le symbole de l’incarnation humaine, notre maison terrestre….

Comme chaque mois, lorsque le cycle soli-lunaire arrive en fin de parcours, la Lune s’intercale entre la terre et le soleil. Lorsque ces corps célestes sont en alignement parfait, il se forme une éclipse solaire. La lune est l’astre qui donne la forme qui varie en fonction du moment. Actuellement, la lune s’est éloignée de la terre, devenue plus petite, sa circonférence ne couvre pas entièrement le disque solaire.

Quel cadeau!

Pour ceux qui en Afrique ou en Asie, ont eu la chance d’être témoin de ce spectacle, une couronne « d’Or et de Lumière  » éclairait le ciel momentanément, obscurcit.

Quels signes pourrait-on décrypter dans ce grand livre que le firmament a déployé à ce moment précis?

La symbolique m’apparait comme une vraie possibilité de renaissance, mais surtout, de pouvoir capter un message d’Amour et de Lumière émanant de l’Univers, lui-même!
Cette nouvelle lune à 1° Cancer fait écho à la nouvelle lune du 26 décembre 2019 à 5° Capricorne.

Ces deux nouvelles lunes « éclipses«  formaient un aspect de trigone ou de sextile à Uranus Taureau, nous informant que ces nouveaux départs doivent évoluer nanties, de nouvelles références.

Entre ces deux éclipses, nous avons accueilli le « Corona Virus », le confinement et le déconfinement….

Lors de la nouvelle lune de décembre, il nous était proposé de nous intérioriser afin de trouver en nous, les énergies nécessaires pour finaliser ce que nous avions entrepris plus en amont dans l’année finissante. Lors de cette nouvelle lune du début de l’été, le moment est propice pour nous pencher sur nos aptitudes émotionnelles, afin de les canaliser, de les maturer.

Dans ce travail, nous serons aidés par les vibrations des 6 planètes rétrogrades, qui selon leurs emplacements, nous suggèrent de revisiter, de revérifier leurs expressions énergétiques.

Plus nous allons prendre appui sur nos forces intérieures dans une optique créatrice, plus facilement nous pourrons nous défaire, nous libérer de nos traumatismes.

C’est la raison pour laquelle, bénissons la présence d‘Uranus en Taureau porteuse et ambassadrice de ces nouvelles énergies, de ces nouvelles références.

Lorsque nous parlons de la lune et du signe du Cancer, nous évoquons les liens avec notre passé, nos émotions, nos besoins.

Il serait intéressant de faire le point sur notre passé afin d’accepter et de renoncer à nos souffrances, à nos peurs, à nos manques.

Tout au long de notre croissance, la vie nous demande de grandir, de maturer.

Posez-vous la question :

 » Suis-je encore une petite fille, ou un petit garçon face à la Vie? »

La maturité émotionnelle est de la plus haute importance dans la manière dont nous appréhendons la vie.

Les carences émotionnelles peuvent provenir d’une éducation trop rigide, trop froide, trop vide ou au contraire, par une éducation laxiste ou envahissante ne laissant aucune place à l’émergence de nos personnalité. Ces carences et ces manques vont sculpter notre manière de communiquer, de parler, de choisir, d’aimer, comme vont rejaillir dans l’expression de notre  confiance, dans la manière dont nous allons nous insérer dans la société.

La victime manipule plus que le bourreau!

Les racines de l’égo négatif se lovent dans les carences, les manques, les humiliations, les non-acceptations de notre passé. Avec ces configurations actuelles dans le signe du Cancer, la période est propice pour se poser pour regarder avec humilité, ou et quand s’est mis en place un comportement réactif, qui sert de trampoline à mes réactions.

Mercure est la mère de notre mental. Alors, si, nous n’arrivons pas à nous poser, à lâcher, nous tournons en rond et Mercure s’infiltre comme une taupe dans notre vie. Connectons-nous à Neptune, dont les énergies d’acceptation et de pardon offrent une cautérisation efficace.

Mercure est devenu rétrograde le 18 juin à 14°46 Cancer ( non loin de l’étoile Sirius), nous poussant à investiguer nos origines (terrestres et célestes).

L’ordre de mission du Soleil à Mercure, donné le 5 mai dernier, attirait notre attention sur le fait que le juste équilibre ne serait pas facile à réaliser, ni à garder car nous serons écartelés entre les leurres que sollicitent notre personnalité et les besoins fondamentaux de notre âme.

Restons ouvert à d’autres possibilités, car Mercure se rapprochant de la Terre, nous demande de lâcher les anciens supports, les vieilles béquilles.

Nous sommes en pleine période de « déconstruction » de notre manière de communiquer, qui semble, bien souvent compensatoire, à nos manques de reconnaissance, à nos carences.

Jusqu’au 1er juillet, mettons à profit ces possibilités de déconstruction, de changement, accueillons-les afin de mettre  progressivement en place, d’autres manières de nous relationner.
Mercure rétrograde trois fois dans l’année, la dernière fois, c’était dans le signe des Poissons  (Mercure rétrograde à 12°49 Poissons le 17 février et la prochaine fois dans le signe du Scorpion à 11°37 le 15 octobre prochain)

Cette période d’introspection liée à Mercure s’accompagne dans la toile de fond, d’aspects planétaires très forts car dans le signe du Capricorne.

Bien que nous traversons une période compliquée, nous avons tendance à oublier que l’humanité a souvent connu des moments très compliqués, très douloureux.

Le signe du Capricorne nous rappelle l’importance des structures, des cadres mais aussi des « autorités répressives » qui gouvernent.

Entre les années 1988 et 1995, nous avons eu Saturne/Uranus /Neptune transitant le capricorne.

Replongez vous dans les évènements de ces années. Il y a eu pas mal de déconstructions, sollicitant de notre part, une adaptation à d’autres fonctionnements (fin empire soviétique, fin du mur de Berlin, de l’Apartheid…..)

Comment ont évolué les initiatives révolutionnaires de l’époque?

La nouvelle lune Cancer sous les rayons de la Mère Cancer, la Pierre qui Vire… Tout l’invisible nous honore de sa Présence. Merci Corinne

Dans la spirale de la vie, nous continuons à évoluer, nous continuons à construire à partir de ce qui a déjà été fait. Il faudra attendre le 1er juillet pour enclencher notre chemin avec d’autres informations.

En ce début de semaine, la lune en Cancer, se défait de l’étreinte solaire, mais retrouve le messager des dieux, qui s’est mis en retraite, afin de mieux réfléchir aux changements qui se préparent.

A partir du milieu de la journée, la lune recevra les oppositions de l’amas planétaire en Capricorne, comme chaque mois, des possibilités de prendre sur soi ou de canaliser, les colères, les tensions, les discordes sous-jacentes.

Profitez des énergies très puissantes de bienveillance de Neptune devenu stationnaire avant sa rétrogradation du lendemain.
Mardi 23 juin, Neptune va entreprendre se retraite de 5 mois,  au moment où la lune rentre en Lion, (au carré d’Uranus), le signe d’exaltation de Neptune!

Faites la différence entre les illusions que recherchent la personnalité et la beauté demandée par notre âme…

Mercredi 24 juin, certains se retrouveront autour des « feux de la Saint Jean » une jolie tradition à honorer, en parfaite résonance avec les mouvements célestes.

Une journée où Vénus a choisi pour faire une pause, avant de sortir de sa quarantaine, le lendemain. Depuis le 12 juin, Vénus a resurgi à l’Est, en s’incarnant  comme « étoile du matin ».

Jeudi 25 juin, Vénus devient direct à 5°21 Gémeaux, retrouvant le degré transité le 10 avril dernier.

Le Soleil Cancer conjugue ses énergies avec la déesse Hygie, nous offrant des possibilités de guérison, de vivre plus en adéquation avec nos besoins fondamentaux, surtout qu’en fin de journée, la lune va rejoindre le signe de la Vierge offrant de plus amples possibilités.

Vendredi 26 juin, la lune en Vierge opposée à Neptune R Poissons sera soutenue par les planètes en Capricorne afin d’accepter de déchirer certains voiles.

Surtout que Mars transitant les derniers degrés des Poissons se place à l’opposition de la Lune.

Attention à vos susceptibilités, dans lequel s’engouffre votre égo négatif…

Voilà encore une semaine dense, où la compréhension des corps célestes et de leurs mouvements, donne du sens à notre parcours.
Nous arrivons au début de la saison des vacances, une « drôle de période », où l’on ne sait pas vraiment ce qui se passe, où l’on va, quels vont être les projets pour la rentrée…

Dans ce flou artistique, il faut rester centré en se connectant à notre centre cardiaque.

Les messages célestes sont très forts et Mercure rétrograde (coloré par les vibrations de Sirius) nous interpellent dans nos réflexions.

Avec Barbara, nous enclenchons nos sessions sur les planètes Rétrogrades, une soirée par mois. Nous allons commencer par Mercure qui seconde si bien le Soleil.

On le nomme parfois, le Prophète ou l’ambassadeur.

Mercure, le dieu des « métamorphoses » gouverne les Gémeaux et la Vierge, où ses fonctions sont différentes. Mercure participe au mythe fondateur de la « Fratrie ».

En ce moment précis, de la nouvelle lune Cancer, « qui » ou « quoi »  est en train de s’éclipser de votre noyau familial, en vu de se métamorphoser?

 

Retrouvons « Mémoires d’âmes » avec le 13ème épisode de cette saga des déesses de la mythologie sur le Podcast ci-joint :  Episode 13 : la déesse Artémis

En parlant de mémoires, je souhaiterais partager avec vous une nouvelle déesse, très liée au signe du Cancer, car elle représente l’astre lunaire…

Je vous présente la « déesse Artémis » une déesse lunaire par excellence!

En ce début de l’été, où notre étoile se love dans les énergies lunaires du Cancer, il m’est apparu évident d’évoquer cette déesse que l’on nomme Artémis dans la mythologie grecque et Diane, chez les romains.

Elle semble pouvoir illustrer une pièce importante de notre féminin sacré.

Artémis est la fille du roi de l’Olympe, Zeus et de la titanide, Léto.

Enceinte de jumeaux, Léto se voit acculer à accoucher sur l’île de Délos, où un temple est dédié au dieu solaire Apollon, qui n’est autre que le frère d’Artémis, la déesse lunaire.

Apollon avec qui Artémis partage la Lumière, n’est pas une lumière solaire, mais celle reflétée par la Lune.

Artémis est l’une des grandes divinités de l’Olympe.

Les attributs d’Artémis sont la lune, le cerf, la biche et le cyprès.

La Lune car elle est soeur d’Apollon qui représente le Soleil, la lune car associée aux cycles des femmes, le cerf en lien avec son rôle de chasseresse,  la Biche pour sa vulnérabilité virginale, le cyprès pour sa longévité

Elle apparaît indomptable, très opposée de la déesse Vénus/Aphrodite. Elle est changeante, complexe et paradoxale, comme l’astre lunaire.

Elle apparaît comme la sauvage déesse de la nature.  Elle incarne alors la chasseresse, farouche qui poursuit ses proies dans les forêts d’Arcadie, où l’on trouve le berceau de son culte.

Elle est représentée armée de flèches forgées par le dieu du Feu, Vulcain/Héphaïstos.

On la voit souvent accompagnée d’une meute de chiens, d’un cortège de nymphes et d’océanides. Elle exige la chasteté de celles qui l’entourent, mais se laisse subjuguer par la volupté!

Elle peut se montrer impitoyable lorsqu’on lui manque de respect, on lui prête un caractère difficile, dont les vengeances sont terribles.

Elle incarne alors l’aspect dominant et castrateur de la « mère » jalouse, sombre, vindicative et destructrice, cette mère qui redoute d’être détrônée par ses filles …

Elle se révèle une protectrice redoutable, elle règne sur le monde des humains où elle préside aux naissances, aux développements des êtres.  Elle sera vénérée comme la déesse les femmes, des enfantements, celles qui donnaient la mort subite.

Artémis est également une déesse lunaire dont la figure se rapproche de celle de Séléné, qui présidait aux différentes étapes de la femme, leur cycle de fécondité où elle jouera un rôle de protectrice de la vie féminine.

Artémis et Apollon furent les parents adoptifs du centaure Chiron, celui qui avait rejeté par ses parents.  Apollon le prend sous son aile, lui enseigne la médecine, la musique, l’art, la poésie, alors qu’Artémis, pleine de tendresse pour lui, elle l’initie à la chasse, la botanique, le lien avec les animaux, l’art de préparer des remèdes..

Se pencher sur ce que représente cette déesse en nous, peut (surtout avec les configurations planétaires de la nouvelle lune en Cancer avec éclipse) peut être très intéressant, dans la mesure où des peurs de la mère castratrice, de violence peuvent remonter sous la forme de différentes personnes ou situation. Ce qui pourrait faire ressortir de nous notre  nature en dehors de normes, celle qui ne veut plus obéir au pôle opposé et complémentaire que représente le soleil ou le masculin sacré.

Pouvons-nous détecter des comportements à l’instar de cette déesse, que représente la lune, cet astre que l’on peut observer la nuit, qui se modifie tout le temps en passant du noir d’ébène au blanc lumineux.

Cette déesse Artémis qu’incarne le tiraillement entre le bien et le mal

Depuis le début de ce cheminement, le 25 mars dernier, nous avons rencontré déjà 12 déesses:

la bonne mère Cérès, les péripéties de sa fille Perséphone, les colères d’Eris, les compétences médicales d’Hygie, la bienveillance du coeur de Chariklo, la connexion au feu divin avec Vesta, la quête de la justice d’Athéna, le parcours initiatique de Sedna, l’incarnation du féminin « archaïque » de Lilith, les transformations d’Innana, la rencontre avec la Métis, celle qui incarne l’intuition.  Aujourd’hui avec Artémis, une autre une infime partie de vous.

Le travail qui nous est proposé avec ces différentes déesses, est justement de mettre en lumière toutes ces parties, toutes ces facettes, toutes ces extensions afin qu’elles participent au grand puzzle de ce que vous représentez.
Avec l’aube de cette ère du Verseau, la dominance féminine ne doit pas prendre le pas sur celle du masculin, mais au contraire, s’unir avec cette partie complémentaire.

Le glyphe de l’ère du Verseau est représentée par deux vagues égales qui dansent au rythme des mêmes notes de musique, d’où émane la musique des sphères.
Plus nous détecterons en nous nos manques, nos carences, nos violences, nos blessures…plus vite nous ressentirons cette multidimensionnalité grandir en nous, le chemin royal pour ascensionner…

Merci pour votre intérêt, pour votre écoute et surtout pour votre authenticité à percevoir ces différentes vibrations.

Chaque histoire fait écho à une partie de notre psyché que notre âme reconnait..

Très belle semaine, et je vous retrouverai avec plaisir lundi prochain, pour une autre chronique, et une nouvelle histoire…

Gratitude et affection,

Béatrice

 

 

 

 

 

 

 

Béatrice Robin Brezina

Depuis plus de 30 ans, imprégnée de la philosophie jungienne, Béatrice a cherché dans les domaines de la psychologie, de l’astrologie, du tarot, de la généalogie… les liens subtils que l’Homme tisse avec l’Univers.

Laisser un commentaire