Chronique Céleste du lundi 29 juin 2020
Les 4 éléments soutiennent l'étoile de David sur le portique de la Pierre qui Vire. Le triangle vide évoque l'endroit où se prépare notre résurrection...

Chronique Céleste du lundi 29 juin 2020

« Le principal travail du héros est de remporter la victoire sur le monstre de l’obscurité: c’est la victoire attendue et espérée de la conscience sur l’inconscient » Carl Jung

Le couple soli-lunaire rentre dans sa 3ème phase, celle du Premier Quartier, qui se manifeste par notre besoin de couper avec les schémas fusionnels du passé. Le dernière nouvelle lune du 21 juin 2020 voilée par une éclipse totale mais annulaire, nous a mis face à certains de nos monstres tapis dans l’obscurité de la trame cosmique. Pour paraphraser cette réflexion si pertinente de Jung, oui, « le monde apparaît quand l’homme le découvre. Il le découvre quand il sacrifie la « mère », c’est-à-dire lorsqu’il s’est libéré des brouillards de l’état inconscient  par lequel il ne fait encore qu’un avec la mère »

Alors, avec les énergies du Premier quartier, il faut oser s’affranchir, oser passer une porte, en évitant de tomber dans la peur de nous laisser kidnapper par les fantômes qui peuplent nos mémoires.

C’est la raison pour laquelle, l’éclairage des récits mythologiques associés aux symboles planétaires nous permet de saisir le sens de ce qui se trame réellement. Chaque dieu de l’Olympe correspond à une planète qui va servir de passeur entre notre vécu et l’ensemble de toutes possibilités.

Franchir une porte en offrant sur l’autel la transmutation de nos ombres passées…

Comprenons, que c’est lorsque nous ne reconnaissons pas certains dieux, que nous nous efforçons de les rejeter, de les refouler, que ces derniers expriment leurs souffrances d’une manière très douloureuse.

C’est en écoutant leurs souffrances, qu’il nous est possible de faire le lien avec nos propres inconforts, c’est en prenant conscience de la violence que ces échos provoquent dans notre âme, que nous pouvons les arrêter.  Cette écoute, comme l’acceptation de leur contenu vont nous permettre de rétablir l’équilibre.

Ce n’est pas en accusant notre père, notre mère, ou notre partenaire, que nous pourrons guérir ces « parties malades », mais en regardant en nous, les parties ( ces extensions, ces mémoires) qui nécessitent les soins nécessaires à la restauration d’une meilleure santé.

Le décryptage astrologique, grâce à son symbolisme se transforme en fil d’Ariane, guidant nos pas dans le labyrinthe de notre vie.

L’astrologie est une sagesse ancestrale facilitant le lien conscient entre nos fonctionnements et notre quête de verticalité.
Nous émanons tous de la « Source », nous avons tous entrepris le chemin en Involution, nous séparant de l’Unité Initiale.

La facilité ou les difficultés que nous rencontrons tout au long de notre périple, seront vécus plus ou moins harmonieusement, au prorata de notre perception de séparation qui n’est qu’une illusion, dont raffole notre égo négatif!
Les ballets planétaires en harmonie avec la « musique des sphères »  offrent une chorégraphie thérapeutique. A nous de les observer et de les écouter!

Nous sommes libres de décider notre itinéraire, sous la guidance de notre âme.

Une fois que nous faisons Un avec Elle, les tiraillements et les choix, disparaissent, car la Force qui anime notre retour vers la matrice initiale ne nécessite plus, la notion de choix.
Cette dernière lunaison au moment du Solstice d’été, encadrée de deux éclipses de pleine lune ressemble à  la puissance d’un volcan, provoquant des tensions, des peurs, des stress, des anxiétés, tout en nous permettant de retrouver le feu de la terre, ce feu originel qui donne des terres si fertiles!

En ce début de semaine, nous accueillons le dieu Mars qui sort des eaux océaniques des Poissons pour retrouver son domicile en Bélier, jusqu’au début 2021!

Lors de notre session de septembre, avec Barbara nous parlerons de la mission de ce dieu Mars, qui à partir de la mi-août va nous pousser à exprimer plus intensément nos colères, nos guerres intérieures et ceci jusqu’à la fin de l’année.

Ce sera probablement avec l’aide de ce dieu virulent que des changements profonds se manifesteront dans le but de reconquérir notre pouvoir individuel.

N’oublions pas que Mars deviendra rétrograde début septembre et que s’il ne fera pas d’aspect de carré lors du passage solaire dans le signe du Cancer, nous devons nous préparer à accueillir l’opposition inférieure qui aura lieu vers la mi-octobre prochain.

Oui, avec Mars qui s’est transformé alchimiquement lors de son transit en Poissons, juste au moment où nous sortions du déconfinement, de quelle manière affirmons-nous aujourd’hui nos besoins identitaires?

Qu’avons-nous changé de toutes nos vieilles habitudes, de nos attitudes sacrificielles, de nos enchaînements, de nos colères, de nos anxiétés d’être submergés par les évènements,  afin de nous guider vers de nouvelles perceptions?

Nul doute, nous vivons des périodes de grandes turbulences et de grands stress?

Mars sera en bon aspect à Vénus en ce début juillet, une Vénus qui en tant qu’étoile du matin, a repris sa direction en partageant son expérience de 43 jours dans le monde souterrain d’Hadès, à l’instar de la déesse Innana!

Nous serons à même d’observer de quelle manière nous vivons dans l’authenticité, sans mensonge, où si nous nous sommes racontés des « histoires ».

Oui, des voiles se déchireront lors des travaux pratiques auront lieu vers la fin juillet (prévoir des désillusions).

Cette semaine, nous ressentons pour la 2ème fois, les vibrations de transmutations qui émanent de la conjonction Jupiter/Pluton ( la première eut lieu début avril) nous incitant à transformer nos croyances, nos pensées, nos investigations, nos exagérations, surtout que l’axe de la destinée se pose dans le signe Sagittaire/Gémeaux actuellement à 29° duquel émane de fortes vibrations.

Quelle est la future destinée que nous souhaitons donner à notre Vie?

Le parcours du noeud nord dans le signe des Gémeaux au cours de ces 18 mois, va nous guider à butiner sur mille et une fleurs afin de recueillir le meilleur pollen pour la confection de notre miel.

Il serait important, de saisir le sens de ce qui se passe vraiment dans notre vie surtout après les aspects de flous occasionnés par Neptune tout au long de l’année 2019 et de ce premier semestre 2020.

Nous serons obligés d’accepter la vérité…

Les effets miroirs qui permettent de voir les justes reflets, des illusions...

Essayons de faire la différence entre des croyances dogmatiques, des opinions trop personnelles exprimées bien souvent avec trop d’arrogances, trop de supériorité et une connexion consciente aux lois de Gaïa, en acceptant de nous purifier, de liquider les intransigeances que sollicitent notre égo négatif.

Le dieu Neptune a entrepris pour plus de 5 mois son chemin d’explorations dans ses eaux intérieures.

La compréhension de ce que représente ce dieu des océans et des mers est d’une importance capitale en cette facette du temps.

La Vie ne commence-t-elle pas dans l’eau?

Neptune l’octave supérieure de Vénus…. de quelle manière, vivons-nous notre « Vénus » transformée par son périple d’introspection dans les mondes souterrains?

Quels messages avons-nous captés autour du 4 juin dernier qu’il nous faut maintenant appliquer.

Nous récolterons les résultats après la mi-juillet.

Quel est le langage vibratoire du dieu Neptune, ce maître du royaume des eaux?

Neptune nous guide dans la compréhension de ces courants parfois très contradictoires.

C’est le sujet de notre prochaine session avec Barbara le 20 juillet prochain.

Neptune nous fait ressentir « ces espaces » qui provoquent les occasions pour briser les limitations  que nous érigeons entre le visible et l’invisible.

Neptune contribue à saisir les secrets subtils de l’Univers lovés dans les vibrations de l’amour sans condition, sans égo.

Neptune réunit en son sein, le corps et l’esprit….

Neptune ce dieu qui conduit à la Sagesse ou à la folie!!!!!

Un dieu qui nous parle de « collectivité » et de « coopération ».

En ce lundi matin, la lune en Balance essaye de garder l’équilibre qui semble bien compromis avec les configurations en place.

Ne laissez pas les frustrations prendre la direction de vos initiatives ou de vos réactions, elles ne pourraient que renforcer votre mal d’être.

Mercredi 1er juillet,  c’est avec une lune en Scorpion que Saturne revient dans le signe du Capricorne nous rappelant à nos bons souvenirs, ses lois, ses codes que nous désertons ou refusons, si souvent.

Nous ne pouvons atteindre Uranus qu’en passant par les anneaux de Saturne!!

Les messages du ciel sont très révélateurs..

C’est aussi le jour, où Mercure R Epiméthée  à 10° Cancer va retrouver l’astre solaire afin de recevoir les indications nécessaires afin de poursuivre son périple avec la mise en place de nouvelles formes.

Ce jour est très important, car notre manière de communiquer change de tempo.

Oui, le dieu Mercure toujours rétrograde, devient Prométhée mettant en place d’autres perspectives qui sortiront de leur phase gestation, autour du 13 juillet prochain!

Dans son livre des symboles Sabian, Dane Rudhyar décrit le 10ème degré Cancer :

 » un gros diamant aux premiers stades de sa taille »

Quel travail doit-on fournir pour que ce diamant brille de tout son éclat?

La déesse Vesta relie notre étoile à Mercure, un trio intéressant dans la mesure, où surtout dans le signe du Cancer, restons connectés à notre feu intérieur, au feu de la Source.

Ne nous laissons pas happer par les réveils éventuels de rejets, de croyances erronées concernant notre identité, perceptions qui sont très réactivées actuellement.

Comme je le disais, on a l’impression que des volcans sont en train de se réveiller de partout, au sens propre comme au sens figuré, commençant à cracher leur lave trop longtemps contenue!

En ce milieu de semaine, le couple soli-lunaire rentre dans sa 4ème phase, celle que l’on nomme « Gibbeuse » nous incitant à mettre de l’ordre, là où c’est encore flou, à structurer ce qui ne l’est pas encore, à nettoyer là où il y a du désordre.
Les 2 et 3 juillet la lune transite le Sagittaire au trigone de Mars Bélier, nous rendra plus optimiste dans la poursuite de nos projets.

Nos amis américains fêteront leur « Independence Day » le 4  juillet avec une lune en Capricorne au carré de Mars/Chiron Bélier opposé à Mercure R/Soleil la veille de la pleine lune « pénombrale » du 5 juillet 2020 à 14° Cancer ( en lien avec Sirius).

Des configurations similaires eurent lieu en 1963 ( assassinat de Kennedy), en 2001 ( un peu avant le World Trade Center) d’autant plus que Pluton termine son cycle en 2022 à 27° Capricorne.

Actuellement, Saturne et Jupiter transitent ce degré.

Ce qui se passera aux US cette année sera avant coureur pour l’année 2022. Le signe du Capricorne évoque l’autorité, les rigidités, les enfermements, les secrets enfouis.

La conjugaison des trois planètes nous incitent à la déconstruction de tous les schémas obsolètes. Même si nous ne sommes pas américains, nous ressentirons ces changements notables et irréversibles dont il faut absolument prendre conscience.

Quelle verticalité recherchons-nous?

C’est aussi sur ce degré que Mercure est devenu rétrograde ( 14° Cancer) !!!!

Quel pourrait en être le message au cours de cette période où les champs magnétiques sont très puissants proposant une vraie alchimie transformatrice de tout ce passé à dominance « Yang »  dans le but de tisser la toile de notre futur, avec un meilleur équilibrage!

Mercure participe en tant que « matière première » à transformer notre psyché humaine, afin de pouvoir accéder à d’autres connaissances, en lien avec les vibrations célestes, où Mercure devient symbole de la pierre philosophale.

Dimanche 5 juillet, nous accueillerons la pleine lune, celle qui fait miroir à celle du 10 janvier, la dernière de la série dans l’axe Cancer/Capricorne.

Lors d’une éclipse de lune, c’est la terre qui se place entre le soleil et la lune.

La lune Capricorne est dans l’ombre, alors qu’en janvier, c’était le signe du Cancer qui est ombragé.

Quel a été notre parcours entre janvier et juillet?

L’étoile Sirius évoquait le limon du Nil, la fertilité, la Vie.

Quelles intentions poserons-nous, en ce 5 juillet concernant la Vie, la famille, la fertilité, les émotions, nos Origines?

Les configurations en cette pleine lune réactiveront fortement les énergies bousculées et en ébullitions que nous avons perçues autour du 18 mars dernier?

Quels liens pouvez-vous faire entre ces deux périodes?

La mise en place de la nouvelle ère, devra se faire grâce à un équilibre entre nos polarités.

Quelque soit soit notre sexe, c’est notre féminin que nous devons mettre en lumière afin de le marier harmonieusement avec notre masculin.

En 2020, nous accueillerons 6 éclipses dont 5 de lunes, nous informant clairement de mettre en relief notre passé, notre féminin, nos perceptions subtiles, en évacuant tout ce que nous avons laissé se cristalliser et qui aujourd’hui, fait barrière à notre évolution…

Voilà, encore une semaine très dense,  très porteuse de transformations profondes, au prorata de la conscience que nous mettons dans l’acceptation de notre vécu.

Avec Barbara nous vous rappelons nos sessions mensuelles, des soirées proposées autour de « Langage Vibratoire inter-planétaires ». Nous vous donnons rendez-vous le 20 juillet avec Neptune Rétrograde que cela soit pour évoquer le côté personnel ou la participation collective.  Pour assister à ces soirées, il est impératif de s’inscrire avant le 13 juillet prochain. Lors de votre inscription, n’oubliez pas de nous faire parvenir votre date de naissance afin de pouvoir vous renseigner personnellement sur les mouvements planétaires en lien avec votre carte du ciel.

 

Retrouvons « Mémoires d’âmes » avec le 14ème épisode de cette saga des déesses de la mythologie sur le Podcast ci-joint : Episode 14 : la déesse Ocyrhoé

Au cours de ce mois qui met en relief les énergies du signe du Cancer, un signe qui évoque l’intuition, la perception, l’imagination, le rêve, les perceptions subtiles, cette déesse Ocyrhoé,  à qui l’on attribue le don la prophétie, me semble illustrer cette période du coeur de l’été.

Qu’est-ce que l’intuition?

Elle sert à désigner à la fois la vue concrète des choses et la pénétration avec laquelle on sent ce qui n’est pas apparent. Cette fusion des sens est présente aussi dans l’analyse scientifique.

C’est par la logique que l’on démontre, c’est par l’intuition qu’on invente…

C’est par l’intuition que l’on apprend à voir et faire les liens….

Le signe du Cancer porte à la réflexion sur nos ancêtres, sur le transgénérationnel, sur notre arbre généalogique. Nous sommes face à une famille de Centaures, ceux qui sont les témoins des grands changements planétaires…

Alors, je vous invite à plonger dans l’histoire de cette déesse…

Ocyrhoé est la fille du célèbre Centaure Chiron et de la bienveillante Chariklo, celle qui incarne le féminin divin, celle qui délivre les messages des mondes subtiles!

Le dieu Chronos/Saturne et l’océanide Philyra  sont les parents du centaure Chiron qui fut abandonné et rejeté par ses parents. Ce sont Artémis et Apollon qui s’occupèrent de cet enfant blessé en lui apportant tout leur savoir divin.

Quand à Chariklo, son père est fils de Poséidon et d’une nymphe fille du dieu des Rivières. Chariklo est un pur produit de monde des « eaux ». Une signature très Neptune/Poissons, ce signe en lien avec la dissolution des formes, l’intuition, les perceptions.

Nous connaissons bien le centaure Chiron qui éduqué par ses parents adoptifs devint un maître exceptionnel. Malgré ses compétences, il ne pourra se guérir d’une blessure occasionnée malencontreusement par Hercule. Il devra par la suite troquer son immortalité en sauvant Prométhée…

Ocyrhoé, fille de ce couple de Centaures, nait au bord d’un fleuve, d’une mère très liée à l’élément eau, aux perceptions comme aux connexions célestes, et d’un père qui pourrait incarner la résilience.

En effet, les mains tendues par ses parents célestes ont porté leurs fruits. Ce qui est un très bel exemple que de tout drame peut naître  une créativité. Si on accepte les frustrations, les limites, les pertes de Saturne/Chronos, nous pouvons accéder à Uranus/Ouranos…

Tout dépend la manière dont on accepte ce que la vie nous présente.

La mère va colorer nos valeurs, va nous informer sur ce que nous cherchons comme sécurité, la mère est le lien avec notre approche première de l’amour.
Le père quant à lui, incarne la structure, les règles, l’ossature de notre vie. Il est en lien avec la parole et notre insertion sociale.
De sa mère, cette petite déesse va bénéficier de l’amour et des valeurs d’intuition et de bienveillance.

Par son père, elle va hériter la structure, la force du centaure, comme l’importance de la parole.

Dans les récits mythologiques, on dit que Ocyrhoé fut sanctionnée par les dieux car elle avait osé prédire des évènements, des vérités cachées, qu’il ne fallait pas forcément révéler.

Peut-on évoquer ici que les donneurs de bons conseils, ne sont pas toujours accueillis à bras ouverts.

L’anecdote relatée dans les écrits mythologiques, nous dit qu’un jour la petite déesse retrouva son père, Chiron en compagnie du jeune Asclépios. C’est alors qu’elle prédit sans hésitation, sans réflexion sur les conséquences de sa prédiction, qu’Asclépios sera d’une part un médecin célèbre et qu’il pourrait ressusciter les mortels, mais que ces compétences ne seront pas compatibles avec l’égo dieu de l’Olympe qui va le foudroyer. Elle révèlera également à son père la perte de son immortalité et  toute l’histoire de sa blessure, et ses conséquences douloureuses et dramatiques.

Quelle est la signification profonde de ce récit?

Il me semble l’importance de l’hérédité, que malgré les difficultés du départ, on peut les dépasser en acceptant de se hisser sur d’autres plans de conscience.

Que les dons de voyances, nos perceptions, nos ressentis, nos révélations doivent se partager avec prudence. Toutes les vérités ne sont pas bonnes à être divulguées.

Bien souvent, il vaut mieux attendre le moment propice, ou encore ne rien dire.

De côté maternel, Ocyrhoé hérite les intuitions qui viennent spontanément du coeur, du côté paternel, il y a la blessure de rejet. Dans le partage de ses dons, elle sera rejetée, punie par le maître de l’Olympe.

Elle sera même changée en jument, par Zeus, perdant ainsi la partie humaine de sa personnalité???

Dans tout ce que nous développons intérieurement et que nous voulons partager avec notre entourage, restons au niveau du coeur, ne passons pas dans l’impulsivité animale, gardons la réflexion, appuyons-nous sur notre secondarité, sinon nous pourrions finir dans une situation où malgré toute notre bonne volonté, nous serons punis ou rejetés pour nos paroles.

Cette histoire nous concerne tous aujourd’hui, hommes ou femmes dans notre métier de thérapeutes, ou tout simplement de conseils.

Si, être à l’écoute et prodiguer des conseils est une chose merveilleuse, mais ne le faisons pas sans conscience. Il ne faut pas outre passer les limites des lois de l’univers, comme le respect de ce que l’autre peut vraiment entendre.

Voilà une déesse bien différente de la bonne mère Cérès, ou de la tempétueuse Eris, ou encore du parcours initiatique d’une Sedna.

Chacune éclaire une partie de notre féminin, chacune réactive ces différentes extensions de nous-mêmes, qui participent à notre multidimensionnalité.

Nous nous retrouverons la semaine prochaine pour un autre récit, une nouvelle histoire de cette saga des déesses de la mythologie.

Très belle semaine,

Avec toute ma gratitude, toute mon affection,

Astrologiquement et Galactiquement Vôtre,

Béatrice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La déesse Ocyrhoé (

Béatrice Robin Brezina

Depuis plus de 30 ans, imprégnée de la philosophie jungienne, Béatrice a cherché dans les domaines de la psychologie, de l’astrologie, du tarot, de la généalogie… les liens subtils que l’Homme tisse avec l’Univers.

Laisser un commentaire