Lundi

Chronique Céleste du lundi 3 décembre 2018

A l’aube du 7 décembre 2018, émergera la dernière nouvelle lune de l’année, au 16ème Sagittaire. Toutes les planètes auront repris leurs courses directes, à l’exception d’Uranus, la géante de glace. 

C’est doté, de l’énergie d’une pleine lune, dans l’axe Cancer/Capricorne, que nous avions abordé le 1er janvier de l’année 2018, une année vibrant au diapason du nombre « 11 » que symbolise l’arcane de la « Force », l’alignement avec soi-même. Dès le premier jour de l’année, le message de la Lune en Cancer éclairait la nuit sombre et froide de ce début janvier grâce aux rayons lumineux de notre étoile qui lui traversait le 12ème degré du signe du Capricorne.

Nous terminerons l’année 2018, avec une pleine lune dans l’axe Cancer/Capricorne (la 2ème de l’année). Une pleine lune est synonyme de moisson, de récolte, alors en cette fin d’année, quel pourrait être notre bilan final de l’année 2018?

Deux pleines lunes se formant dans le même axe, double la possibilité de réfléchir sur l’évolution de notre maturité émotionnelle.

Au niveau personnel, croyons-nous avoir évolué, au cours de cette année?

Comme l’univers ne fait jamais les choses par hasard, je suppose que nous avions tous  grandement besoin de nous poser, afin de réfléchir sur la manière « adulte ou enfant » dont nous abordons notre quotidien, ces moments qui reviennent tous les jours…..

Rétrospectivement, à en croire l’ensemble des configurations planétaires conjuguées à nos vécus personnels, toute cette année (principalement l’été et l’automne), nous a donné de multiples occasions pour travailler et faire grandir, notre enfant intérieur…

Il est toujours intéressant de noter la toile de fond avec laquelle, nous enclenchons une année et de quelle manière nous la terminons. Le fait que cela soit dans l’axe Cancer/Capricorne renforce le message de cette année 2018 qui nous poussait, à grandir émotionnellement, grâce aux multiples messages très insistants d’un Saturne qui a retrouvé son domicile depuis le Solstice d’hiver 2017. Des retrouvailles qui dureront jusqu’à la fin 2020. 

Saturne, ce Seigneur du Karma consolide le travail amorcé par le Maître des mondes souterrains, Pluton qui depuis 2008, nous fait prendre conscience de notre structure intérieure en mettant en relief la différence entre « rigidité » et rigueur », entre « autorité et autoritarisme » entre « protection et paternalisme » entre  « construction et enfermement »  entre « frustration émotionnelle et construction émotionnelle ».

Et, pour terminer, n’oublions pas l’entrée de l’axe nodal dans les signes Cancer/Capricorne, au début de novembre, qui sera rejoint par le maître de l’Olympe, Jupiter en décembre 2019!!!

Pensons à transformer notre perception de  « temps limitatif » en  énergie de « durée dans le temps ». C’est la même énergie, mais perçue différemment, en tout cas, plus positivement.

Dans un monde, où tout semble bouger, où l’on sent la nécessité de changer de plan de conscience, où l’on est spectateur du ras le bol général, dont les racines se trouvent dans la gestion des politiques depuis le milieu des années 60, quelque soit l’appartenance politique ou religieuse.
Comment pourrions-nous agir d’une manière efficace, dans un monde, où l’on a plutôt l’impression de surfer sur une lame de fond gigantesque, où  rester en équilibre est un défi permanent, de plus en plus difficile à réaliser.

Oui, bien sûr, les énergies de l‘ensemble des configurations planétaires y sont, pour quelque chose, mais, ce que nous expérimentons, est également en lien avec l’évolution de notre âme, afin de lui permettre du transformer son niveau de conscience et de lucidité.

On doit bien se l’avouer,  nous sommes arrivés à un point de non retour.

Alors, avec cette nouvelle lune du 7 décembre, dans le 9ème signe que l’on nomme Sagittaire le Centaure, ce signe dont la flèche pointe vers le monde des étoiles, nos racines cosmiques, même si on l’occulte très souvent, alors:

  • quelles attitudes pourrions-nous adopter?
  • quelles croyances devrions-nous abandonner,
  • Comment pourrions-nous faire taire les jacassements qui nous assomment,
  • peut-être, en nous référant à la « flamme qui luit au-delà du mental « , à l’instar de notre héro solaire Hercule, lors de son passage par la 9ème Porte, où il doit exterminer les oiseaux de Stymphale.

Si, nous nous penchons sur nos livres d’histoire, n’est-ce pas au Sagittaire, que naissent les civilisations? 

Quel est le sens que nous donnons à notre vie aujourd’hui?

Cette nouvelle lune qui se place astrologiquement, au lever, pour la France Métropolitaine, est fortement colorée par la conjonction à Jupiter, exprimant de ce fait, un élan, un cri, un besoin viscéral de nous élever au dessus de nos peurs, de nos émotions et surtout de notre « mental », qui nous tenaillent, nous poussant à réagir au lieu d’agir.

Le degré Sabian en lien avec le degré de cette nouvelle lune est explicite :

«  En quête de nourriture, des mouettes volent autour d’un navire ».  Les mouettes symbolisent notre esprit indomptable, alors pourquoi se nourrir des déchets d’un navire, d’en être dépendant?

Après le travail en profondeur offert par Vénus récemment, de quelle manière abordons-nous le monde matériel?

Quelles sont nos dépendances qui par addiction nous poussent à nous nourrir de déchets émotionnels?

Mais avant de reparler sur cette nouvelle lune, penchons-nous sur les énergies de ce début de semaine.

En ce lundi 3 décembre, nous sommes encore dans la phase « Dernier Quartier » qui depuis le 30 novembre dernier. Une phase qui nous pousse à réagir, à nous confronter avec des éléments qui ne sont pas en adéquation avec l’ensemble de la mission soli-lunaire.

Depuis hier, la belle Vénus a retrouvé le signe du Scorpion, au carré des lunes noires et se défaisant doucement de l’opposition à Uranus, qui lui est toujours dans sa phase rétrograde?

Vénus est née de l’écume de la mer qui s’est formée grâce au sperme d’Uranus, castré par son fils Saturne. Dans cet aspect, de Vénus à Uranus qui s’est formée fin mars 2018 à 27° Bélier ( le carré  croissant eut lieu le 14 juin- opposition tout novembre – carré décroissant début mars 2019- conjonction à 2° Taureau le 18 mai 2019), l’opposition peut indiquer symboliquement, notre besoin de nous révolter contre le Père tout puissant.

Alors, en revisitant les circonstances qui ont jalonné, toute cette année 2018, pourriez-vous déceler dans vos attitudes revendicatrices, une opposition au « Père’?

En ce lundi matin, la Lune que l’on nomme Hécate lorsqu’elle décroît, rentre en Balance au carré de Pluton et elle sera en fin de journée au carré de l’axe nodal Cancer/Capricorne. Les tensions, les angoisses de cette journée  peuvent vous aider à pointer du doigt, la racine de ces réactions. Une fois que l’on fait le lien, les réactions émotionnelles disparaissent.

Mercure termine sa rétrogradation, il sera stationnaire le 5 et direct le 6 décembre

Mardi 4 décembre, la Lune retrouve furtivement « Vénus » au début du Scorpion et sera toute la journée au trigone de Mars/Neptune Poissons. L’aspect soli-lunaire rentrera dans sa 8ème phase que l’on nomme « Balsamique » de liquidation, de bilan de tout ce qui a été élaboré au cours de cette lunaison.

Le 6 décembre, la lune rentrera en fin de matinée le signe du Sagittaire retrouvant le bienveillant « Jupiter » pour cette jolie tradition, que l’on appelle la « Saint Nicolas »

La symbolique qui entoure une célébration exprime une vraie richesse car elle représente « l’essence de la fête en question ».

Une bonne raison pour rester connecté avec les traditions, car chacune donne à sa manière, la possibilité de saisir le sens caché des contes, des fables ou des mythes en lien avec ces traditions.

Nicolas de Myre originaire de l’Asie Mineure autour du 3ème siècle, est le point de départ de la légende de Saint Nicolas.

Ce saint homme exerça un rôle de protecteur bienveillant à l’égard des femmes, des enfants, des veuves et des déshérités.

Des qualités qui attirèrent l’attention de la population de l’époque et qui traversèrent les frontières. Victime des persécutions qui sévissaient dans l’empire romain, il mourut un 6 décembre 343.

Ces reliques furent enterrées à Myre, où de nombreux miracles se manifestèrent depuis.

Dans les pays du nord et de l’Est de l’Europe, une tradition s’est installée au cours des siècles offrant aux enfants sages, la possibilité de recevoir des cadeaux dans la nuit du 5 au 6 décembre, un Saint Nicolas qui ose braver les difficultés, afin de déposer dans les cheminées, les souhaits tant attendus.

Cette tradition fut importée aux Etats-Unis par les Hollandais. Elle se modifia au cours des années, en Santa Claus, celui qui dépose les présents autour de la cheminée dans la nuit du 24 décembre.

Comme j’en ai parlé dans la « Chronique Céleste du lundi 4 décembre 2017 » , la légende de Saint Nicolas a un rapport étroit avec l’alchimie ( Que cela soit relaté dans des anciennes chansons, comme dans celle des trois petits enfants, qui allèrent glaner aux champs, où dans les conférences très riches de Patrick Bureinstenas (notamment sur l’histoire alchimique de la Grande Place de Bruxelles), les messages sont codés.

Mais, comme pour toutes ces origines spirituelles, bien souvent aujourd’hui, la commercialisation de ces fêtes a pris le dessus. Comme le fameux « Black Friday » le lendemain de cette jolie fête d’action de grâce de « Thanskgiving« .

Aujourd’hui, quels sont les enfants qui connaissent encore le sens caché de ces fêtes?

Tous ces cadeaux qui regorgent dans les grandes surfaces, remplacent matériellement, les cadeaux alchimiques que la vie nous offrait grâce au cheminement accompli au cours de l’année écoulée.

La magie spirituelle des fêtes a disparu, pour de multiples raisons, pas uniquement matérielles. Comme s’il fallait gommer l’origine de toutes les célébrations afin de ne plus faire de différence, pour uniformiser, les vêtements, les goûts, les besoins….

Nouvelle lune du 7 décembre 2018 à 16° Sagittaire au carré de Mars/Neptune Poissons!

  Ne restons pas dans l’irréalité, ne fuyons pas la réalité, mais incarnons ce que nous percevons dans notre coeur, qui est bien souvent invisible, aux yeux des autres.

Un mois qui s’enclenche avec une conjonction Mars/Neptune en Poissons au carré de la nouvelle lune et en toile de fond l’opposition (qui se défait) d’Uranus R à Vénus Scorpion: révoltes et revendications contre l’autorité en place mais avec Neptune qui colore ces aspects, où allons-nous? 

Le 8 décembre, le jour de l’immaculée conception, la Lune sera encore colorée par les énergies du Sagittaire au carré de Chiron Poissons et vers le milieu de la journée, notre satellite rentrera dans le signe où elle se trouve en exil, le Capricorne.

Nous venons de terminer en « beauté » ce stage sur le « couple intérieur » que symbolisent le Soleil et la Lune, un travail qui nous a permis de contacter notre masculin et féminin intérieur.  Nous avons pu le vérifier en ressentant les énergies Yin et Yang remonter le long de notre colonne vertébrale et se rejoindre au niveau de notre 3ème oeil.

Nous avons tous pris conscience que la Lune, passant chaque mois par les 12 signes de la roue zodiacale, met en relief notre « enfant intérieur » qui ne demande qu’à grandir et qu’à chaque nouvelle étreinte Soli-lunaire, une Porte s’ouvre. 

Alors, pourquoi ne pas instaurer à ce moment là, un « rituel de passage », car à chacune de ces étreintes, s’offre une nouvelle possibilité pour intégrer les énergies cosmiques, canalisées par notre étoile ?

Quelle est l’optique de ce travail en profondeur?

Apprendre à mieux vivre et exprimer notre couple intérieur en lien avec le couple divin qui donne naissance à ce que l’on nomme « l’Amour ». 

Merci à tout le groupe pour son authenticité, pour sa cohésion, pour son écoute. Merci à Angelique Guillemet pour cette peinture exprimant cette harmonisation soli-lunaire.

Oui, nous pouvons parler de renaissance !

Merci à mon amie Claire Duprez pour ses illustrations, qu’elle m’offre depuis tant d’années. Je suis tellement habituée que j’oublie parfois de lui dire combien je suis heureuse de pouvoir partager sa créativité avec vous tous.

Je retrouverai Claire, pour la « saison 2 » des Travaux d’Hercule les 15 et 16 décembre prochain. La « saison 3″ aura lieu les 12 et 13 janvier 2019.

Nous vous donnerons ultérieurement notre programme sur Villeneuve d’Ascq, Paris et la Bretagne.

Je vous souhaite une très bonne semaine,

Avec toute ma gratitude,

Astrologiquement Vôtre,

Beatrice

Leave a Comment