Chronique Céleste du lundi 5 octobre 2020
Après la récolte de la pleine lune dans l'axe relationnel, quel est le visage que je vois apparaître dans le miroir que l'autre me renvoit. Merci Nadine C pour cette magnifique illustration qui évoque nos visages à tous...

Chronique Céleste du lundi 5 octobre 2020

C’est la déesse « Chariklo«  qui se trouve encadrée par le Maître des profondeurs Pluton et par le Maître du temps Saturne, infusant ces deux puissances dans le but de nous connecter à des énergies plus vastes, où la bienveillance pourrait être le ciment idéal dans notre poursuite ascensionnelle.

Portés par les énergies « d’équilibre et de beauté » du signe de la Balance, nous poursuivons depuis le portail du solstice d’été, notre lente descente vers les ombres derrière lesquelles nous pourrions découvrir bien des trésors, bien de précieuses pierres!

Ce chemin qui se déroule tout au long de la saison de l’automne, est une période où la nature elle-même se déshabille de ses plus beaux atouts, afin de retrouver son essence dans l’optique de mettre en place la nouvelle saison.

Pas toujours évident, car en fonction de la manière dont nous avons intégré les six premiers signes, notre perception et notre accueil se feront avec plus ou moins d’aisance pour les six suivants.

Notre évolution se fait à l’image de poupées russes, c’est la raison pour laquelle, ce que nous vivons dans le « ici et maintenant » réactive les mémoires de hier ( les poupées précédentes) et vibre déjà à demain (les futurs poupées).

Nous vivons trois niveaux à la fois en parallèle, des niveaux qu’il nous faut équilibrer en permanence.

Vous comprenez pourquoi, l’outil « Balance « pourrait se comparer au mécanisme d’une horloge, un mécanisme complexe et précis, en même temps.

Chaque seconde, chaque minute, chaque heure évoluent dans leur propre cycle, cohabitant dans une même structure!

Ce sont toutes ces différentes perceptions (proches ou lointaines) que nous projetons sur les autres, des ressentis qui colorent nos pensées en rétrécissant ou en élargissant nos visions et nos discernements. Nous percevons la vie, à travers le cycle des secondes, des minutes ou des heures!

Le noeud nord en Gémeaux en conjonction avec la déesse « Psyché », témoignent de tout le chemin qu’il nous faut parcourir pour retrouver, reconquérir et garder l’Amour Céleste!

C’est la raison pour laquelle, ne nous laissons pas aveugler par nos peurs, nos blessures, nos colères ou nos ressentiments mais prenons le temps de rechercher en nous la bienveillance et soyons à l’écoute des autres.

L’amour ne doit  pas uniquement se ressentir dans nos méditations, mais l’Amour doit faire partie de notre quotidien. Nous devons incarner ses rayons. La meilleure thérapie de la Vie, c’est la Vie elle-même!

Le fait que Mercure rétrograde trois fois dans l’année, n’est pas un hasard car c’est au travers des énergies de cette planète, que nous communiquons, que nous échangeons avec les autres dans notre vie quotidienne.

Alors, écoutons les messages émanant de notre centre cardiaque, non ceux provenant de notre tête.

Respirons l’air de la Vie car :

« L‘élément air est l’hormone qui nous fait grandir psychiquement »

Les configurations de ce début octobre sont toujours aussi tendues, c’est la raison pour laquelle j’insiste sur ces énergies de ce 7ème signe que l’on nomme Balance, ce signe d’équilibre afin d’atténuer les divergences intérieures comme extérieures que nous sommes en train d’affronter.

Même si nous sommes nombreux à avoir atteint les  limites du système dans lequel nous sommes, les réflexions d’Edgard Morin illustrent ce que nous vivons en cette fin 2020:

« Lorsqu’un système atteint sa limite, soit c’est l’implosion, l’écroulement ou l’effondrement, soit c’est la métamorphose. »

Cette réflexion mérite notre attention, car si analyser les configurations planétaires, c’est une chose, les mettre en application, nécessite en implication personnelle. D’autant plus important dans cette  société est en pleine évolution, en pleine mutation.

Les sonnettes d’alarme ont sonné bien souvent au cours des siècles derniers, sans forcément obtenir les changements nécessaires. Aujourd’hui, accueillons et intégrons leurs avertissements, leurs messages.

Soyons à l’écoute de ce qui se passe actuellement. A l’instar de la déesse Maât, gardons nos distances, ne rentrons pas dans le jeu des oppositions, afin de rester connectés aux énergies célestes.

Retrouvons les essences desquelles nous sommes issus, non pas par fuite, ni par un excès d’élévation, mais par besoin d’incarner concrètement notre verticalité grâce à ce que nous vivons.

Le monde dans lequel nous évoluons est en pleine effervescence, nous bousculant, nous mettant la tête à l’envers ne sachant plus où dénicher les vérités.

Le puissant transit de Neptune en Poissons, nous conduit à vivre des moments sublimes, comme  des périodes où les angoisses et les peurs ancestrales reprennent le dessus. Accueillons ces perceptions, aimons les et donnons leur tout notre amour et toute notre compréhension.

Quelles ont été les circonstances vécues au moment de l’opposition de Neptune R au Soleil autour de la mi-septembre?

Peut être la dissolution de situations douloureuses afin de les remplacer par plus de cohérence, plus de compréhension afin d’éjecter les ressentiments qui  n’ont plus vraiment leur place?

Lâchons les rancoeurs qui sont vraiment la gangrène de l’humanité.

C’est la raison pour laquelle l’axe  nodal (Gémeaux/Sagittaire) nous incite à revérifier la véracité de nos croyances dans le but de ne pas répéter encore et encore, les mêmes erreurs.

Préparons-nous et anticipons les mouvements de Mercure qui se rapproche de notre planète terre afin de nous guider vers plus de réalisme et de discernement.

L‘équilibre dépend de la place que nous prenons ou pas...

Mardi 6 et mercredi 7 octobre, Mercure Scorpion s’opposera à Uranus R Taureau. Prenons ces journées pour regarder avec recul ce qui se trame, Mercure Épiméthée est plus secondaire ce qui guide à plus de réflexion.

On peut conjuguer des idées novatrices, tout en lâchant son rôle de mouton, et garder sa verticalité, à l’instar du fléau d’une balance.

D’autant plus que le cycle soli-lunaire exprime une des plus belles phases.

En effet, cette 6ème phase, est celle qui nous met face à notre coeur, au partage de ce que nous sommes, au partage de nos valeurs.

Mars continue son mouvement rétrograde entre la déesse Eris et la lune noire dans ce 3ème décan du Bélier, qui comme tous les 3ème décan est en lien avec la sphère spirituelle, et avec Jupiter plus spécifiquement pour ce signe du Bélier.

Conscient de ces éléments gardons la maîtrise de la direction de nos actions afin de les canaliser vers des optiques plus larges, plus humaines.

Restons connectés à la bienveillance et la compréhension des autres. Ils sont toujours un miroir de certaines parties de nous-mêmes.

Jeudi 8 octobre en fin d’après midi, la lune rentre dans le signe du cancer, elle y restera jusqu’à la fin du 10 octobre.

Ces journées seront denses et tendues, car  se dessine un grand carré dans le ciel, juste avant que le couple soli-lunaire entame leur 7ème phase, celle des grandes réorientations :

  • la lune en Cancer
  • le Soleil en Balance
  • Jupiter/Pluton/Saturne Capricorne
  • Mars/Eris/lunes noires en Bélier

Vous trouverez des portes de sortie avec le noeud nord Gémeaux/Psyché en Gémeaux  et le noeud sud Sagittaire.
Vénus en Vierge nous rend plus terre à terre, et Mercure/Junon en Scorpion à l’opposition d’Uranus Taureau, un aspect « quitte ou double » jouera un rôle libérateur ou au contraire servira de trouble fête, ce qui est moins drôle.

Tout va dépendre de notre résistance aux difficultés que nous rencontrons actuellement. Nos réactions prennent racines où, à quelles histoires passées, pouvons-nous les relier?

C’est moment de mettre en place une bonne stratégie, afin de continuer cette « traversée » tout en restant fidèle à ce que nous sommes au fond de nous.

les esprits de l’air…

Si les éléments « feu » et « eau » dépeignent la bipolarité de ce couple qu’ils forment, l’esprit de « l’air » est l’élément médiateur par excellence, dispensant la circulation énergétique entre le feu et l’eau.

N’est-ce pas l’élément vital par sa mise en marche lors de notre naissance qui est notre départ dans cette incarnation.

L’air nous offre son énergie le » prana » qui donne souffle à notre vie et rythme notre respiration jusqu’à notre dernier expire..

L’air gouverne la circulation dans notre corps en établissant les connexions sanguines comme nerveuses.

C’est la fonction « Pensée » chez Jung une fonction qui dispense la conceptualisation des choses.

Cette fonction s’exprime par

  • la « curiosité, la malléabilité et la dualité » avec le signe des Gémeaux,
  • le contact, l’équilibre et la justice des choses avec le signe de la Balance
  • d’une manière plus humaniste, non conventionnelle et novatrice avec le signe du Verseau

Avec l’esprit de l’air, on imagine.

Avec l’air, on s’élance vers d’autres horizons.

Grâce à l’imagination, nous abandonnons notre routine quotidienne.

Et nous savons bien que l’habitude est l’antithèse de l’imagination créatrice, cette imagination qui porte aux rêves, qui recherche comme l’élément air à monter, à s’envoler, à Ascensionner!!

L’esprit de l’air s’exprime à travers les fées, les sylphes, les vestales, les elfes, la licorne enfin toutes ces représentations qui fascinent dans tous les contes, les mythologies et les légendes.

C’est aussi, ce que j’essaye de vous partager chaque semaine depuis la fin du mois de Mars, où grâce aux  support des récits mythologiques, nous découvrons des parties de notre féminin. Ce qui va nous permettre de monter nos énergies et de nous diriger vers l’Ascension.

C’est encore ce que nous allons découvrir avec un déesse, avec un don d’écoute afin de mieux pouvoir discerner et conseiller.

Dans ma pratique astrologique, il est important pour moi de l’associer avec « l’imagination créatrice ».

S’appuyer sur le support des symboles célestes et les relier à d’autres perceptions plus subtiles afin de ne pas rester dans le mental de l’analyse mais d’amener la personne à ressentir vibrer son thème, qu’elle le ressente, et qu’elle s’appuie dessus comme une ligne de conduite, dans la cohérence et la confiance.

 

Episode 28: la déesse « Maât »

Au cours de ce mois de la Balance, ce 7ème signe, nous avons pris connaissance dans les épisodes précédents de « Mémoires d’âmes » , d’importantes facettes du féminin qui meuble notre psyché, notamment grâce au récit de la déesse Héra/Junon, qui dirigeait notre attention sur notre fonctionnement dans nos relations, de quelle manière ce « féminin » résonne en nous.

Ensuite, nous avons retrouvé la déesse Thémis, celle qui incarne la Justice du Ciel en tant que fille d’Ouranos et celle de la  planète terre en tant que fille de Gaïa. De quelle manière ce mot « justice » résonne à l’intérieur de notre corps et de notre âme?

En ce début octobre, alors que notre étoile transite encore ce merveilleux signe de l’harmonie et de la justice, nous allons retrouver une déesse du panthéon « Egyptien » que nous connaissons bien, elle se nomme ‘ Maât’, la 28ème déesse!

Le concept de cette déesse est au coeur même de la compréhension de la mythologie, comme de la civilisation égyptienne.

Pour écouter le Podcast de cette déesse cliquez sur le lien: Episode 28 : la déesse Maât

 

Elle incarne la base d’un ciment sociétale. Si, la déesse Thémis avait les yeux bandés pour rendre ses verdicts, il est dit que la déesse Maât, avait le don d’écouter dans le silence, de méditer les paroles reçues afin de conseiller au plus juste.

Elle en est le fondement dans le Temps.

Maât est souvent symbolisée par la plume d’autruche qu’elle portait sur la tête.

Cette déesse est la personnification du concept d’Ordre Cosmique dont dépendent les dieux, comme les humains.

Maât émane de la Source!

Nous avons vu la semaine dernière que la déesse Thémis était fille du ciel, en lien avec  la cosmogonie de l’Univers, aujourd’hui nous découvrons que Maât » est elle fille de Ré  (Atoum) et la protectrice de sa création contre les forces du chaos.

Son rôle est de lutter contre ces forces afin d’installer la rectitude à la place de l’iniquité.

Elle sert de lien entre le Ciel et la Terre. Sans cette règle universelle, la nature humaine briserait l’Harmonie avec la Source et les forces du mal envahiraient le Monde…

Sa mission, son rôle est de tout mettre en oeuvre afin de permettre aux êtres de vive dans la  cohérence.

Dans les écrits historiques liés à l’Egypte, on dépeint cette déesse comme offrant dans les différentes dynasties, un cadre idéologique fait de règles, que cela soit au niveau de la politique, comme du quotidien.

Chaque matin, le Pharaon dont la charge dépendait de Maât devait le faire dans le respect des lois de la déesse.

Le principe de cette déesse incarnait une sorte de solidarité de survie, où l’action juste devait entraîner une réaction dans un engrenage reliant nos actions passées à nos élans présents…

La  déesse maât est puissante, et ses perpétuelles actions efficaces. Elle est sous la haute protection du ciel et quiconque transgressait les lois, se voyait infliger un châtiment.

En ce coeur de l’automne, nous pourrions méditer sur ce que représente pour chacun de nous  » l’Ordre Juste du monde », le sens de l’éthique et de quelle manière nous les intégrons  afin que ces concepts colorent une meilleure communication et la confiance dans notre vie quotidienne?

Cette déesse représentait la convergence vers l’Unité.

Les désordres qui apparurent au fils des siècles est la conséquence de la rupture à une énergie centrale, qui donna l’émergence de multiples pouvoirs locaux rivalisant entre eux. Donc le désordre et à la dualité.

Nous pourrions également méditer sur le fait de rendre justice les yeux bandés comme Thémis, et d’être à l’écoute des autres à l’instar de Maât.

Lorsque nous sommes sourds à la parole de l’autre, que cela soit individuellement ou socialement, c’est alors que s’installe la violence et la loi du plus fort.

Alors qu’allons-nous choisir?

Les bienfaits matériels à la demande de notre égo, ou nourrir les vibrations de notre « Ka  » ( de notre âme) de Lumière et d’Amour et non de ressentiment et de colère.

Les injustices découlent sur de la violence.

Se connecter à Maât, c’est au contraire se nourrir d’équilibre, de bienveillance, de respect.

Peser le cœur du défunt, c’est vérifier si son âme peut prétendre à l’immortalité, car son vécu a été dans le respect de  la règle de Maât.

Si oui, il sera proclamé  » juste de voix »  comme un passeport pour la survie éternelle, si sont âme pesait plus lourd que la plume de Maât, elle allait rejoindre la région souillée de l’Amenti, où tout s’éfface et se déssèche, cette région de la Nuit du Feu d’Anouiaï….

Voilà encore une histoire intéressante qui nous renvoie nos ombres et nos lumières…

Bonne méditation, bonne réception, bonne intégration ces parties importantes de notre féminin sacré…

Très belle semaine,

Gratitude et affection

Béatrice

Nous vous rappelons notre stage, où avec Barbara nous traduirons le langage vibratoire inter-planétaires de ce grand ambassadeur Galactique, que l’on nomme  » Pluton » qui a repris sa marche directe après une « pause » annuelle commencée au printemps dernier. Merci pour vos présences.

 

 

 

Béatrice Robin Brezina

Depuis plus de 40 ans, imprégnée de la philosophie jungienne, Béatrice a cherché dans les domaines de la psychologie, de l’astrologie, du tarot, de la généalogie… les liens subtils que l’Homme tisse avec l’Univers.

Cet article a 2 commentaires

  1. Avatar
    Guibé

    Merci Béatrice de ce nouveau message que j’ai écouté les mains sur le cœur et les yeux fermés.
    Je vais me relier cette semaine à la déesse Maât dans mon cabinet de thérapeute pour être vraiment à l’écoute des âmes et voir ce jeu de miroir que les patients me renvoie.
    Belle semaine et recevez tout mon amour.
    Marie-Noëlle

  2. Béatrice Robin Brezina
    Béatrice Robin Brezina

    Merci Marie Noëlle pour votre retour…Oui, actuellement être à l’écoute de l’Autre permet de percevoir les murmures émanant de son âme….Belle continuation dans ce mois lié aux énergies d’Harmonie, de justice et de tolérance…Beatrice

Laisser un commentaire