Astrologie

Désir d’enfant

L’analyse d’un thème, permet, non seulement de « saisir le sens profond de notre destinée », mais offre également la possibilité « d’explorer son passé » au travers de notre lignée familiale.

Avant la naissance
La vie avant la naissance comprend 4 étapes, comme nous l’explique le professeur Jean-Pierre Relier :
Le désir d’enfant – la conception – la période embryonnaire – la période fœtale.
Ces 4 étapes sont primordiales et un abandon ou des turbulences, survenant à une de ces périodes, peuvent avoir des conséquences dramatiques sur la croissance de l’enfant.

Si la signature astrologique d’un enfant dépend de sa date de naissance, le « tissage familial » débute bien avant la naissance, dans l’inconscient des parents, dans leur désir d’enfant conscient ou inconscient.

Pour un enfant, savoir qu’il existe dans la psyché de ses parents avant sa conception, va lui permettre de se sentir « exister » toute sa vie.

Par la conception, ce « désir » se met en place, au moment du rapport biologique des parents. Le corps de la mère, apparaît comme le temple de la création. La perception de sécurité, de valeur et d’amour, va être perçue au travers du liquide amniotique, qui est en fait la « température émotionnelle » de la mère au cours de la grossesse.

Pendant la période embryonnaire, la croissance est fantastique et exponentielle (500 millions d’années !) Les perceptions d’abandon ou de stress pendant cette période auront une influence sur la « plasticité cérébrale ».

La période fœtale est la plus longue. Beaucoup de chercheurs se sont penchés sur « l’importance des troubles psychologiques » au cours de cette période dans le déterminisme d’anomalie vasculaire du placenta ou un retard de la croissance intra-utérine.

« L’abandon, c’est la non-connaissance de ce qui est la réalité de la grossesse, de ce qui est la réalité de l’interaction entre la mère et l’enfant, entre les parents et l’enfant. Cette méconnaissance peut aboutir à une anomalie de l’évolution, à une anomalie de la croissance, à une prématurité ». Jean-Pierre Relier

Cette notion et première étape de la grossesse a été développée par le Professeur Jean-Pierre Relier : Adrien ou la colère des bébés ou L’Aimer avant qu’il naisse, chez Robert Laffont

L’histoire de Lise

L’histoire de Lise nous parle de ce « non-désir » et de la difficulté d’exister.
Les parents de Lise ne voulaient pas d’enfant. Tous deux issus d’un milieu très pauvre, ils étaient devenus des pupilles de l’état, au cours de la Première Guerre Mondiale. Comme beaucoup d’orphelins de cette époque, ils avaient été placés dans des fermes environnantes. Dès lors, une vie très dure et surtout, une vie dans le non-respect de leur identité, avait été leur quotidien.

Lise me raconte que sa mère avait avorté plusieurs fois avant sa conception (sans jamais en faire le deuil). Se sachant enceinte de Lise, sa mère essaya vainement de la « faire passer ». Mais, Lise a lutté pour survivre malgré l’acharnement de sa mère pour la faire disparaître.

Lise est non seulement née angoissée, allergique, peureuse, agoraphobe, mais ne s’est jamais donné la permission d’exister, de grandir et d’avoir des valeurs propres. Comme si sa croissance personnelle avait été amputée.

Lise est née Sagittaire. Par son signe solaire, elle a besoin de s’ouvrir, d’aller de l’avant, de développer sa passion. Son formatage familial, a été très différent, car ses parents sont restés enfermés dans leurs souffrances et leurs rancœurs.

Au cours de nos séances, Lise a compris qu’ils ont représenté un frein à son évolution, et la « notion » même d’exister, d’avoir son identité propre. D’un côté, elle souhaitait devenir indépendante, et d’un autre côté, elle restait nostalgique aux eaux matricielles de la vie intra-utérine (ce qu’elle avait connu). En tant que Sagittaire, elle a été conçue dans les Poissons, dont l’énergie vitale est l’unité, la perception, la fusion. C’est en se connectant à quelque chose de « supérieure » qu’elle se dégagera de l’empreinte du passé, qu’elle dépassera sa peur de ne pas « exister ».

Je lui ai fait ressentir son besoin de communiquer et faire ses propres choix pour atteindre son équilibre. Son défi était en quelque sorte : dépasser ses insécurités de ne pas exister et digérer son passé.
Elle a fait plusieurs séjours en hôpital psychiatrique. Ces horribles séjours réactivaient en elle, sa vie intra-utérine. Mais, son désir de survivre, l’a tournée vers les médecines douces et vers un travail intérieur, qui l’ont aidée à clarifier l’inconscient familial.

Elle est restée longtemps une petite fille, vivant dans la peur de voir ses parents disparaître. Chaque année, nous avons travaillé ensemble sur certains nœuds que la vie quotidienne réactive et qui accroissent ses difficultés avec son entourage. Les transits planétaires (la position actuelle des planètes sur le thème de naissance) sont à l’image d’une météo offrant des points de repères. J’ai eu l’intuition que le départ de ses parents serait probablement un déclic, pour se prendre en main. En effet, depuis le décès de ses parents, elle a osé « exister » à 56 ans ! Elle a lâché son ancien rôle et a endossé celui d’une femme en devenir d’exister.

Un enfant ne vient pas par hasard, car il est le fruit de l’Inconscient des parents. Dès lors, il est primordial de considérer la grossesse avant la grossesse.
Lors de l’analyse d’un thème, il est essentiel de se pencher sur le « tissage familial » car nous sommes le produit d’un passé et plus nous aurons des renseignements sur ce tissage dont nous sommes issus, plus il sera solide.

Leave a Comment